Archives par étiquette : Internet

3 Go

Bonjour.

Il y a parfois des choses que j’ai du mal a comprendre. Des comportements humains dont j’ai du mal à comprendre les extrémités (Mais les minorités s’expriment généralement plus vivement que ceux qui sont dans la « norme »)

J’ai l’un de ces maintenant classique forfais téléphonique, initié a la sortie de Free Mobile, qui pour 20€/Mois vous fournissent téléphonie / SMS / MMS avec des limites bien au dela des usages personnels très exigeants, et (c’est le point ici important) 3 Go de données par mois utilisables avant d’être considéré comme usage abusif (et donc d’être bridé en débit).

Suivant nos usages, et le prix qu’on accepte de payer, on as donc la posibilité de monter jusque des forfais de 50 Go Mensuel … donc certains arrivent a se plaindre.

Étant un technophile ultraconecté avéré, j’en arrive aujourd’hui à utiliser a peu prés 1 Go par mois.

Comment certains arrivent ils a ne pas trouver suffisant plus de 50 fois (Ok, 40 fois si on considère l’utilisabilité supposée du réseau de chez free) ce que j’utilise par mois ?

Passent ils tout leur temps à faire du téléchargement ou encore a lire des vidéo en ligne ?

Ou alors simplement que j’optimise instinctivement et très fortement mes usages de data mobile ?

Je suis réellement curieux de connaitre l’usage de quelqu’un ayant réellement l’usage de 20 ou 30 Go mensuel de data mobile

DNS maison

On parle aujourd’hui d’un «filtrage administratif» des sites internet par le gouvernement. Le but étant d’empêcher les accès a des sites internet jugé (mais sans l’avis d’un vrai juge, et c’est la tout le problème) «Mauvais».

La technique utilisé est simple : Faire mentir les serveurs DNS des 5 grands opérateurs internet français.

C’est quoi le DNS ?

Les ordinateurs ne se reconnaissent entre eux sur un réseau informatique que par des numéros : Les adresses IP.

Pour transformer les adresses humainement lisibles (tel quel www.slowbrain.net) en une suite de numéro (217.70.180.151) on utilise un système d’annuaire nommé DNS (Domaine Name Server)

Le logiciel serveur reconstitue l’adresse suivant une hiérarchie afin d’en trouver l’IP.

Généralement on fait appel aux serveurs fournis par son Fournisseur d’Accès a Internet. Qui peuvent être configuré pour donner des résultats faux.

Avoir son propre serveur DNS

Sur un système d’exploitation moderne digne de ce nom, il est facile d’avoir son propre serveur DNS (et donc de calculer sois même ces adresses).

Sur une version Linux Fedora moderne, c’est assez simple.

Sous le compte ROOT tapez les commandes suivantes (sans les «#»)

# yum install bind
# systemctl start named.service
# systemctl enable named.service

Un serveur DNS fonctionne alors sur votre ordinateur.

Utiliser son propre serveur

La dernière étape est de configurer votre accès réseau pour utiliser votre nouveau serveur DNS «127.0.0.1»

Suivant votre configuration ceci change un peu.

Si vous utilisez NetworkManager (le cas le plus courant pour des machines de travail et surtout les portables qui vont passer d’un réseau a un autre)

  • Faire un clic droit sur l’icône NetworkManager
  • Sélectionnez «Modification des connexions
  • Sur les différentes connexions que vous utilisez cliquer sur «modifier»
  • Dans «Paramétres IP v4
    • Changer «Méthode» par «Adresses automatiques seulement (DHCP)»
    • Dans «Serveur DNS» entrez «127.0.0.1»
  • Dans «Paramètres IP v6
    • Changer «Méthode» par «Adresses automatiques seulement (DHCP)»
    • Dans «Serveur DNS» entrez «::1»
  • Enregistrez le tout

Le tout devrais maintenant fonctionner. Vous aurez alors fait un petit pas vers plus d’indépendance vis a vis de votre opérateur internet.

De la dificultée de trouver un fournisseur d’accés a internet.

Devant déménager d’ici peu et mon fournisseur d’accès internet refusant de faire un déménagement de ligne, je me suis lancé a la recherche d’une connexion a Internet qui correspondrait a mes besoins : Celui d’un geek libriste en couple.

Mes critères sont donc les suivants :

  • Les demande classiques : Un débit correct et une bonne qualité de connexion.
  • Les choses «Faciles» : Le téléphone, éventuellement la TV (mais sur un boîtier séparé).
  • Les spécifiques : IP Fixe, éventuellement IPv6 et le moins possible de limitation.

C’est biensur sur ces derniers points que j’ai eu le plus de difficultés.

Continuer la lecture

Le CSA ne comprend pas l’importance de la neutralité du Net

Ce matin, alors que j’ai été tiré du lit un peu trop tôt, j’ai fait un petit tour sur le net et suis tombé sur un article de Numerama qui parle de la vision de la neutralité du Net par le CSA.

Internet et le CSA

CSA

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, est le régulateur des médias français. Il fut créé pour s’assurer qu’on ne fasse pas n’importe quoi avec la télévision et la radio. Ce sont entre autre eux qui calculent les temps de paroles alloués aux politiques au moment des élections, ou qui sont à l’origine des petits pictogrammes en bas des programmes TV pour savoir si vous pouvez ou non laisser vos enfants regarder.

La conviction des membres du CSA est de préserver la culture française et même d’encourager le développement de la culture à la française.

Internet

Mais aujourd’hui les journaux, la télévision et la radio sont loin de rester les seuls principales sources d’informations et de transmissions de la culture. Et bien que je n’ai rien contre l’art urbain, je parle ici d’Internet.

Le réseau des réseaux profite de sa capacité à être un caméléon pour se montrer présent dans le domaine des médias, aussi bien sous des formes classiques que novatrice, apportant une circulation à double sens aux quel les médias classiques sont perméable par conception.

Continuer la lecture