Les populations

On trouve finalement plusieurs type de profils de passionné, ou d’utilisateurs particulier des ondes, chacune répondant à ces usages et ces codes. Une unique personne pouvant endosser l’un ou l’autre des rôle.

Les utilisateurs de fréquences publiques

Il existe plusieurs gamme de fréquences dont l’usage est ouvert à tous par la simple utilisation de matériel homologué. Les deux plus intéressante étant la CB et les PMR.

PMR – Private Mobile Radio

Tout ce qui est «Talkie Walkie» courant, que ce soit du jouet pour enfant, du matériel de loisir adulte, ou du professionnel aux besoins simples, (et même certains babyphones) utilisent les 8 à 16 fréquences PMR, sur des fréquances entre 446 et 446,2 MHz.

Ce sont des radios abordable, peu encombrantes, facilement utilisable et que l’on trouve facilement. Elle ont une portée moyenne mais bien suffisante pour de nombreux usages. C’est un premier (petit) pas dans le domaine de la radio pour beaucoup de monde.

CB – Citizen Band

Première bande historique publique qui as eu son pic d’activité dans les années 80/90, elle n’en reste pas moins disponible et utilisable aujourd’hui. Avec huit fois plus de puissance que le PMR et une fréquance plus basse (autour de 27 MHz) et 40 fréquences normalisés sur 3 modes de transmission, la CB offre plus de possibilité, mais au prix d’un encombrement plus important et d’une configuration un peu plus complexe.

La CB garde aujourd’hui ces adeptes et ces usagers, même si aujourd’hui il faut faire appel à un revendeur spécialisé pour obtenir un émetteurs / récepteur sur ces fréquences.

Les Amateurs-Radio

Les amateurs-radio sont des pirates qui, tant qu’ils ne nuisent pas, sont toléré.

Ils utilisent les fréquances PMR ou CB (ou dépassent même ces fréquances pour ces derniers), mais avec du matériel qui n’est pas homologué pour (généralement du matériel radio-amateur, ou du matériel modifié)

Considéré comme des pirates nuisibles par certains Radio-Amateurs, ils constituent une communauté assez ouverte dont le plaisir est la communication brute.

Au niveau technique, on y trouve du très bon, mais aussi tu très mauvais : Il est important de prendre du recul face aux informations données, mais on y trouve aussi beaucoup de savoir et d’expérience. Parfois dans la zone grise qui borde la légalité

Les Radio-Amateurs

Un radio-amateur est une personne physique, qui après avoir réussi un examen et obtenu un identifiant unique (son indicatif), dispose d’un ensemble de droit et de devoir sur un vaste panel de fréquences radios.

C’est une activité assez réglementé, mais qui offre beaucoup de possibilité (même à l’international). Ayant du passer l’examen, ils ont un bagage technique minimum.

Si dans certains pays c’est une activité florissante, en france elle as du mal à se renouveler et la population y est vieillissante. Peu être le temps qu’une nouvelle génération y trouve sa place.

SWL – Short Waves Listener

Une des règle fondamentale en radio est qu’avant de parler, il faut (beaucoup) écouter. L’écoute étant même une activité à elle seul.

Pratiqué par les Radio-Amateurs, les Amateurs-Radio ou de nombreuses personne qui ne veulent, ou ne peuvent, pas transmettre. L’écoute des bandes radio est autorisée pour tous à deux conditions :

  • Il est interdit d’attaquer le chiffrement des communications mise en place par certains services.
    • À noter : Ni les fréquences publiquement utilisable, ni les radio-amateurs n’ont le droit de chiffrer les transmission qu’il réalisent.
  • Mis à part pour la radiodiffusion, il est interdit de dévoiler le contenu des conversation entendue en écoute.