Qui vous écrit ?

Bonjour

Qui est l’être derrière le clavier qui vient distiller quelques mots sur ces pages ? Et pourquoi se casse-t-il les pieds à faire un site sur internet ?
Voici les questions auxquelles je vais tacher répondre dans cette page

SlowBrain

Je me prénomme «Benoît», alias «SlowBrain» dans le monde du numérique

Avec la trentaine qui sonnera en 2016, je suis un membre de la «Génération Y», les jeunes nés avec le réseau Internet et éduqués avec un clavier d’ordinateur dans les mains.

Loin d’être réfractaire à ce déferlement de technologie, j’en suis plutôt un passionné … mais à ma façon.

Je me définirais comme un hacker au sens premier du terme (comprendre «bidouilleur informatique») et comme libriste. Ayant de plus en plus de mal avec l’image populaire actuelle du «geek» à laquelle je ne correspond que très partiellement … ou alors un «Allumé» si je reprends les mots de ma moitié.

SlowBrain (.) Net

Un matin, après une nuit à trop réfléchir et à trop peu dormir, je me réveillais avec en tête une idée qui me semblais à la fois emplie d’une profonde vérité et d’une grande sagesse, mais qu’il se révélait infiniment complexe à exprimer précisément : «Les gens ne savent pas utiliser les ordinateurs»

Et c’est donc avec cette idée directrice en tête que j’écris ici. Un mélange de recensement d’absurdité technique, de réflexion personnelle sur le vaste monde qu’est celui de l’«informatique», mais aussi d’innombrables petites choses qui sont «savoir se servir d’un ordinateur»

Nanie

Je ne pourrais honnêtement pas conclure cette page de présentation sans parler un peu de Marine.

Technicienne de l’ombre, m’accompagnant dans cette aventure, qui vous évite la lecture d’un désastre orthographique en ces pages, c’est avant tout ma compagne dans la vie réelle.

Ce qui signifie qu’elle arrive aussi bien à me supporter, moi et ma passion, au quotidien, dans mes explications techniques interminables, dans mes expérimentations hasardeuses ou encore quand elle me sert de cobaye improvisé.

Mais c’est avec une certaine ténacité qu’elle m’accompagne, étant aujourd’hui utilisatrice de bépo et non contant de se limiter à l’utilisation d’une Fedora, elle s’expérimente à son administration.

Et quelque part c’est aussi pour tout cela que je tiens à elle.